Regarder les étoiles à Bruay

Focus sur un projet audiovisuel en collège.

Cette année, dans le cadre du dispositif Collège au Cinéma, les élèves de 3e du Collège Anatole France de Noeux-les-Mines ont pu s’intéresser au 7e art lors de différents ateliers organisés par leurs enseignants.

La coopération, la communication, la création, toutes ces compétences ont pu être développées autour de la pratique cinématographique.

Les ateliers.

Réunis en groupes, les élèves ont donc découvert quatre ateliers, qui mettaient en avant différentes capacités requises.

L’après-séance : Un atelier en deux temps, qui consiste à débattre sur les films visionnés au cinéma, grâce à un jeu de cartes fabriqué par l’enseignant. Les élèves ont pris connaissance du jeu avant la séance, puis l’ont repris après la séance afin de répondre aux questions inscrites sur les cartes. Pour les volontaires, leurs entretiens ont ensuite été filmés, mettant à l’épreuve leur capacité à argumenter face à la caméra.

Cet atelier avait déjà été mis en place en 2019-2020. Il a donné lieu à une projection de vidéo, réalisée après une première séance durant laquelle les élèves ont visionné Au revoir les enfants.

Cette année, l’après-séance était accompagnée de trois autres ateliers.

Les défis Pixivores : Les élèves ont dû créer de petites vidéos, en respectant les consignes données sur des cartes de défis cinématographiques. Que ce soit le thème, le matériel à utiliser ou les contraintes liées à la scène, ils se sont adaptés et ont travaillé en équipe pour créer ce qui était demandé. Pour cela, ils se sont rendus sur le site de Pixivore, qu’ils avaient découvert au préalable lors d’une séance dédiée en cours.

 

La table Mash-Up : Une façon ludique d’apprendre les bases du montage ! La table Mash-Up est un système intuitif mis en place par  l’ACAP Amiens qui permet aux élèves de créer leur propre film, en ayant la possibilité de modifier tout ce qui le compose à l’aide de cartes. Les images, la musique, l’assemblage des éléments, ils peuvent participer aux différentes étapes du montage, allant même jusqu’à poser leur propre voix pour le doublage. En parallèle, leur création était projetée dans la salle de cinéma mise à disposition.

                         

 

L’après-séance, les défis Pixivore et la table Mash-Up ont fait l’objet d’une rotation sur les trois séances de cinéma, le dernier atelier ayant été attribué à un groupe permanent.

 

La webTV A.F.P. : Les élèves se sont mis dans la peau de journalistes et ont réalisé un reportage sur le projet. À la manière des professionnels, ils se sont focalisés sur le cadre, l’ambiance, et ont même réalisé des interviews sur les ateliers, le but étant de produire une rétrospective des événements. Les élèves se sont vus attribuer un rôle (prise de son, prise de vues, plans de coupe, script, feuille de route, écriture et conduite des interviews, montage) qu’ils ont pu changer à chaque séance.

Les bénéfices du projet.

Les élèves ont donc tiré profit de l’utilisation d’outils numériques tels que la table Mash-Up ou encore le site Pixivore, qui leur a permis de développer des compétences culturelles et orales de manière ludique et intuitive.

Du matériel audiovisuel peut d’ailleurs être emprunté à la DRANE de Lille en envoyant une demande de prêt à l’adresse suivante : ce.dane@ac-lille.fr.

Les activités de groupe leur ont permis de travailler leur cohésion et leur communication, ainsi que de développer des compétences de savoir-vivre et savoir-faire.

Ils ont également étendu leur culture cinématographique lors de séances de visionnage au Cinéma Les Étoiles de Bruay-la-Buissière.

Le Cinéma Les Étoiles, cinéma complice.

Offrant une diversité de films, le Cinéma Les Étoiles offre à son public des séances qui s’adaptent à toutes les générations et familles. Cette offre leur a permis d’obtenir les classements Art et Essai, Recherche et Découverte, Patrimoine, mais également le Label Jeune Public.

L’établissement a mis à disposition quatre salles pour les enseignants, qui ont pu y organiser leurs ateliers. Cela a permis aux élèves de visionner trois films (Enfance clandestine, 12 Hommes en colère, The Fits), puis de travailler autour de la thématique du cinéma en mettant en lien ce qu’ils avaient vu avec les activités. La diffusion des créations des élèves a également pu se faire lors d’une séance programmée, rassemblant parents et acteurs du projet.

En conclusion.

Ce projet a permis de montrer que les élèves de 3e sont capables de produire une création audiovisuelle presque professionnelle, grâce à un accompagnement et un travail collaboratif. Le suivi des étapes et l’utilisation des outils numériques ont été un facteur de réussite des ateliers. Voilà un résultat qui donne envie de se lancer !

 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

− 1 = 4